Actualités et communiqués

Un guide pour aider les écoles canadiennes à gérer les impacts du sexting sur les jeunes

12 octobre 2012

WINNIPEG (Manitoba) : La multiplication des signalements de jeunes qui créent, transmettent ou partagent des photos ou des vidéos à caractère sexuel avec d’autres jeunes (une pratique souvent désignée par les termes sexting ou autoexploitation juvénile) révèle un problème social grandissant. On parle mois, toutefois, des conséquences non négligeables que cette pratique peut avoir sur les jeunes en cause ainsi que leurs écoles, leurs familles et la société. Il arrive par exemple que la distribution de ces images donne lieu à des actes d’intimidation. Conscient des difficultés auxquelles les écoles et les familles sont confrontées dans des cas d’autoexploitation juvénile, le Centre canadien de protection de l’enfance a créé un guide qui explique aux écoles comment soutenir les jeunes et les familles aux prises avec des incidents si complexes.

« Les contrecoups de l’autoexploitation juvénile se font souvent sentir dans les écoles, et les membres de leur personnel sont les mieux placés pour intervenir et agir, note Lianna McDonald, directrice générale du Centre canadien de protection de l’enfance. Ce guide aide les écoles à intervenir auprès de l’élève en proie à la diffusion de son image, mais aussi auprès des autres jeunes impliqués, qui exercent parfois une forme d’intimidation en disséminant les images en cause. »

Ce guide intitulé Faire face à l’autoexploitation juvénile : stratégies d’intervention et de prévention pour les écoles et les familles a été produit par le Centre canadien de protection de l’enfance en concertation avec des enseignants, des policiers, des procureurs de la Couronne, de spécialistes du développement de l’enfant et des psychologues. Justice Canada et Bell ont apporté leur soutien à cette initiative qui vient sensibiliser les écoles au problème de l’autoexploitation juvénile et les outiller pour faire face à la situation lorsque leurs élèves sont confrontés à un incident d’autoexploitation juvénile. Ce guide explique aussi comment limiter la dissémination des images en cause et réagir adéquatement aux conséquences parfois dévastatrices que ces incidents peuvent avoir sur la jeune victime, son école et la société en général.

« Nous ne pouvons plus fermer les yeux sur les conséquences que l’autoexploitation juvénile peut avoir sur nos jeunes, insiste Mme McDonald. C’est un problème grave et potentiellement très bouleversant pour les familles et les communautés. Il est temps que les gens prennent conscience de la situation et sachent comment faire face à ces incidents parfois très complexes et comment aider et accompagner les jeunes qui en subissent les contrecoups. »

Les écoles du Canada sont invitées à commander un exemplaire du guide Faire face à l’autoexploitation juvénile : stratégies d’intervention et de prévention pour les écoles et les familles. Cliquez pour commander.

-30-

Pour une demande d’entrevue avec l’un de nos porte-parole, les médias sont priés de contacter notre équipe des communications :

Communications, Centre canadien de protection de l’enfance

Téléphone :
204 945-8074
204 801-2979 (Cellulaire)

Courriel :
communications@protegeonsnosenfants.ca